Le Groupe
Organisation
Un groupe propulsé par 3 moteurs
La structure hub
Une société européenne
Implantations et contacts
Stratégie
Un groupe prêt à faire face aux défis à venir
Optimal Dynamics
ERM
Gouvernance d'entreprise
Conseil d'administration
Comités du conseil d'administration
Equipe de management
Responsabilité sociale des entreprises
Faits et chiffres
Histoire
Notre métier
Life
Présentation
Produits
SCOR Global Life R&D
Sélection des risques et gestion des sinistres
Télé-souscription
Marketing direct
Evénements
Réhalto
Publications Life
Extranet clients
P&C
Présentation
Approche multi-branche
Traités P&C
Spécialités
Business Solutions
Services
Publications P&C
Organisation
Extranet clients
Investments
SCOR Global Investments
Médias
Point de vue du CEO
Communiqués de presse
Service abonnements
Présentations
Webcasts
Calendrier
Contact
Investisseurs
Documentation financière
Rapports annuels et semestriels
Embedded Value
Notes d'opérations et SEC Filings
Présentations
Webcasts
Action SCOR
Cours de bourse en direct
Chiffres-clés par action
Dividende
Actionnariat
Lettre aux actionnaires
Assemblées Générales
Analystes
Obligations
Notations
Agenda
Application iPad®
Informations réglementées
Informations légales
Programme de Rachat d'Actions
Transactions sur actions propres
Contact RI
SGRC
Accueil
Vie
Maladie / Santé
(Re)assurance Vie
Longévité
Dépendance
Mortalité
Pandémie
Risques Psychosociaux
Sélection des risques
Non-Vie
Agriculture
Dommages
Cyber risques
Energie
Construction
Environnement / Changement climatique
Incendie
Fraude
Industrie
Transport maritime
Automobile
Cat Nat
Space
Chaîne Logistique / Perte d’Exploitation
Terrorisme
Marché de l'assurance
Règlementation
Regulation
Discrimination Hommes/Femmes
Droit de l'assurance
Solvency II
Gestion du risque
Adverse Selection
Risk aversion
Big Data
Counterparty Risk
Dépendance
ERM
Insurance Linked Securities
Moral Hazard
Prospective
Reserving
Risques
Microinsurance
Microinsurance
Microinsurance - Agriculture
Microinsurance - Life
Microinsurance - Cat
Microfinance
Economie - Finance
Marché des actions
Finance / Marchés
Inflation
Taux longs
Règlementation
Risque systémique
SCOR Publications
Life Publications
P&C Publications
SCOR Papers
Chair SCOR
RH
Nos métiers
Votre parcours
Espace stage
Nos offres
Offres d'emploi
Offres de stage
Prix de l'actuariat
Prix Actuariat France
Prix Actuariat Allemagne
Prix Actuariat Italie
Prix Actuariat UK
Prix Actuariat Espagne
Prix Actuariat Suisse
Bibliothèque des Prix
Fondation
Présentation
SCOR et la recherche
Domaines et modalités d'intervention
Gouvernance et organisation
Présentation
Conseil d'administration
Conseil scientifique
Moyens
Actualités
Contact et formulaire
AccueilLe Groupe

Le métier de la réassurance

  • Imprimer
  • Envoyer

La réassurance

La réassurance est un métier bien spécifique dans le monde de l’assurance. Complexe, la réassurance permet aux assureurs de couvrir leurs risques en les cédant à un réassureur. Dans ce contexte, le réassureur s’engage à indemniser la « cédante » en cas de sinistre.PrincipesLa réassurance est un contrat aux termes duquel une société, le réassureur, s'engage à garantir une société d'assurance, la cédante, contre tout ou partie du ou des risques qu'elle a souscrits aux termes d'une ou plusieurs polices d'assurance. La réassurance diffère de l'assurance notamment en raison de sa plus grande complexité inhérente à la diversité plus importante de ses activités et à son caractère international. La réassurance permet à une cédante d'obtenir certains avantages, notamment une réduction de son engagement net sur des risques individuels et une protection contre des pertes multiples ou importantes. La réassurance fournit aux cédantes le capital nécessaire pour augmenter leurs capacités de souscription tant en termes de nombre que d’ampleur des risques. La réassurance ne décharge cependant pas la cédante de ses engagements face aux assurés. Par ailleurs, un réassureur peut céder à son tour à d'autres réassureurs (appelés rétrocessionnaires) une partie des risques en question.

La réassurance exerce trois fonctions essentielles :
- elle apporte à l'assureur direct une plus grande sécurité des fonds propres et une solvabilité garantie, ainsi qu'une stabilité des résultats lorsque des sinistres inhabituels et importants se produisent en le couvrant au-delà de certains plafonds ou contre l'accumulation d'engagements individuels ;
- elle autorise également les assureurs à accroître leur capacité disponible - c'est-à-dire le montant maximum qu'ils peuvent assurer au titre d'un sinistre ou d'une catégorie de sinistres - en leur permettant de souscrire des polices portant sur des risques plus nombreux ou plus importants, sans augmenter à l'excès leurs frais généraux et leurs besoins de couverture de marge de solvabilité, donc leurs fonds propres ;
- elle met à la disposition des assureurs des liquidités importantes en cas de sinistralité exceptionnelle.
Un réassureur joue aussi auprès des cédantes un rôle de conseil :
  • en les aidant à définir leurs besoins en réassurance et à construire le plan de réassurance le plus efficace, afin de mieux planifier leur niveau de capital et leur marge de solvabilité ;
  • en leur fournissant une gamme très variée d'assistance, notamment en matière de formation technique, d'organisation, de comptabilité ou d'informatique ;
  • en leur apportant sa compétence dans certains domaines très spécialisés tels que l'analyse et la tarification de risques complexes ;
  • le réassureur peut permettre aux cédantes temporairement peu capitalisées de développer néanmoins leur activité, et en particulier de lancer de nouveaux produits nécessitant de lourds investissements.

Types

Types de réassurances1. Traités et facultatives

Les deux principales catégories de couverture en réassurance sont les traités et les cessions facultatives. Dans le cadre du traité, la cédante a pour obligation contractuelle de céder et le réassureur d'accepter une partie spécifique de certains types ou catégories de risques assurés par la cédante. Les réassureurs proposant des traités, comme le fait le groupe SCOR, n'évaluent pas séparément chacun des risques couverts par le traité. Par conséquent, après avoir examiné les pratiques de souscription de la cédante, ils dépendent des décisions de couverture prises à l'origine par les souscripteurs de la cédante. Une telle dépendance peut exposer les réassureurs en général, y compris SCOR, au fait que les cédantes n'aient pas évalué les risques à couvrir de façon adéquate, entraînant ainsi le réassureur à encaisser des primes insuffisantes par rapport au risque couvert. L'évaluation faite par le réassureur des pratiques de souscription et de gestion des risques de la cédante, ainsi que des procédures et pratiques de règlement de sinistres, influe donc généralement sur la tarification du traité.

Dans le cadre d'une cession facultative, la cédante cède et le réassureur couvre tout ou partie du risque couvert par une police d'assurance spécifique unique. La facultative est négociée séparément pour chacune des polices d'assurance réassurées. Les facultatives sont habituellement achetées par les cédantes pour des risques individuels qui ne sont pas couverts par leurs traités de réassurance, pour des montants excédant les limites de leurs traités de réassurance et pour des risques inhabituels. Les frais engendrés par l'activité de souscription, et ceux liés au personnel en particulier, sont proportionnellement plus élevés pour la gestion des facultatives, chaque risque étant souscrit et administré individuellement. La possibilité d'estimer chaque risque séparément augmente néanmoins la possibilité pour le réassureur de pouvoir tarifer le contrat de façon plus juste par rapport aux risques encourus.

2. Réassurance proportionnelle et non-proportionnelle

Les traités et les facultatives peuvent être souscrits sur une base proportionnelle (ou quote-part) ou non-proportionnelle (excédent de sinistre/excédent de perte) ou sur la base d'une couverture stop loss.
Dans le cas de la réassurance proportionnelle, le réassureur, en contrepartie d'une portion ou partie prédéterminée de la prime d'assurance facturée par la cédante, indemnise la cédante contre la même partie ou portion prédéterminée des sinistres couverts par la cédante au titre des polices concernées. Dans le cas de réassurance non-proportionnelle ou d'excèdent de sinistre ou en cas de couverture stop loss, le réassureur indemnise la cédante de la totalité ou d'une partie déterminée du sinistre, sinistre par sinistre ou pour la totalité de l'exposition sur un évènement ou un secteur d'activité, dès lors que celui-ci dépasse un montant fixé, appelé rétention de la cédante ou franchise du réassureur, et jusqu'à un plafond fixé par le contrat de réassurance.

Bien que les sinistres soient plus nombreux dans le cadre d'un contrat quote-part que dans le cadre d'un contrat d'excédent de sinistre, il est néanmoins habituellement plus simple de prévoir ces sinistres au proportionnel et les termes et conditions des contrats peuvent être rédigés de façon à limiter la couverture totale offerte au titre du contrat. Un contrat de réassurance proportionnel n'implique donc pas forcément qu'une société de réassurance couvre un risque plus important que dans le cadre d'un contrat d'excèdent de sinistre. De plus, le fait de pouvoir prévoir les sinistres peut permettre aux souscripteurs et aux actuaires de mieux tarifer les contrats en fonction de l'exposition du portefeuille, et de réduire ainsi la volatilité des résultats.

Les contrats en excédent de sinistre sont souvent souscrits par tranche. Un réassureur ou un groupe de réassureurs assume le risque lorsqu'il dépasse le montant de la rétention jusqu'à concurrence d'une certaine limite. A ce moment-là, un autre réassureur ou un groupe de réassureurs assume la responsabilité jusqu'à un montant supérieur donné, ou bien cette responsabilité échoit à la cédante. On dit du réassureur couvrant le risque s'inscrivant immédiatement au-delà de la tranche de rétention de la cédante qu'il souscrit une tranche travaillante ou tranche basse de réassurance en excédent de sinistre. Un sinistre dont le montant est tout juste supérieur à la rétention de la cédante entraînera des pertes pour le réassureur de la tranche basse, mais pas pour les réassureurs des tranches supérieures. Il est plus facile de prévoir les sinistres dans les tranches basses car ils se produisent plus fréquemment. Ainsi, comme dans la réassurance proportionnelle, cela permet aux souscripteurs et actuaires de mieux tarifer les risques sous-jacents.

Les primes payables par une cédante à un réassureur pour un contrat d'excédent de sinistre ne sont pas directement proportionnelles aux primes reçues par la cédante, le réassureur n'assumant pas un risque directement proportionnel. En revanche, les primes payées par la cédante au réassureur dans le cadre d'un contrat quote-part sont strictement proportionnelles aux primes reçues par la cédante, et correspondent à sa part de couverture du risque. De plus, dans un contrat quote-part, le réassureur paie généralement une commission de cession à la cédante. Cette commission est habituellement fondée sur les frais assumés par la cédante pour acquérir ces affaires (commissions, taxes sur primes, évaluations et autres frais de gestion administrative) et peut éventuellement inclure le paiement d'un ratio de profit.

Rétrocession

RétrocessionLes réassureurs souscrivent des réassurances pour couvrir leur propre exposition au risque et augmenter leur capacité. La réassurance d'une affaire réassurée s'appelle la rétrocession. Les réassureurs cèdent leurs risques sous la forme de contrats de rétrocession signés avec d'autres réassureurs, appelés rétrocessionnaires, pour les mêmes raisons qui conduisent les assureurs à se réassurer : afin de réduire leur engagement net sur les risques individuels, de se protéger contre les pertes multiples ou importantes et d'acquérir une capacité de souscription supplémentaire.

Courtage et réassurance directe

Courtage et réassurance directeLes contrats de réassurance peuvent être souscrits par le biais de courtiers professionnels ou directement par des cédantes. Le choix du marché par la cédante est fait en fonction de l'impact de leurs avantages et inconvénients respectifs sur la couverture devant être mise en place. Par exemple, le courtage implique en général la participation de plusieurs réassureurs qui ont été regroupés par un courtier, chacun assumant une part spécifique du risque couvert. Cette solution peut s'avérer plus simple pour une cédante dans un environnement de souscription difficile, lorsque la capacité est restreinte et que les réassureurs cherchent à limiter leur exposition au risque. Par contre, la couverture directe est habituellement mise en place directement par les cédantes avec un ou plusieurs réassureurs, en nombre limité néanmoins. La part réservée à chacun de ces marchés par les filiales du Groupe varie en fonction des pratiques locales.
 

ACTION SCOR

IMPLANTATIONS

Implantation

A NE PAS MANQUER

FONDATION SCOR