21jan08

Communiqué de presse

Groupe

Le Groupe SCOR n’est pas exposé à la crise des “monoliners”

Dans le cadre de son système d’Enterprise Risk Management (ERM), SCOR a conduit une analyse approfondie de son exposition globale aux institutions financières américaines spécialisées dans le rehaussement de crédit, que l’on désigne par « monoliners ». Cette analyse a consisté à étudier tous les postes figurant au passif de SCOR, tels que les risques d'assurance classiques liés au marché du crédit, ainsi que tous les passifs liés aux contrats couvrant la responsabilité civile des mandataires sociaux (“D&O”) des institutions financières. L’analyse de l’exposition du groupe a également porté sur les éléments d’actifs du Groupe SCOR au titre de ses placements.

Dans le cadre de son système d’Enterprise Risk Management (ERM), SCOR a conduit une analyse approfondie de son exposition globale aux institutions financières américaines spécialisées dans le rehaussement de crédit, que l’on désigne par «  monoliners ». Cette analyse a consisté à étudier tous les postes figurant au passif de SCOR, tels que les risques d'assurance classiques liés au marché du crédit, ainsi que tous les passifs liés aux contrats couvrant la responsabilité civile des mandataires sociaux  (“D&O”) des institutions financières. L’analyse de l’exposition du groupe a également porté sur les éléments d’actifs du Groupe SCOR au titre de ses placements. 
 
Cet examen en profondeur a permis de tirer les conclusions suivantes :  
 
  • SCOR n'a aucune exposition sur les « monoliners » ou « guarantors »  américains en termes de Crédit Caution, de dérivés de crédit (« Credit Default Swaps » ou « CDS »), de titres adossés à des prêts (« Collateralized Loan Obligations » ou « CLO »), de titres adossés à des créances (« Collateralized Debt Obligations » ou « CDO »). SCOR n’a aucune exposition au titre des opérations de titrisation ou de couverture de prêts tels que les rehaussements de crédit et les diverses garanties financières ;
  • SCOR n'a fourni ni couverture ni capacité, que ce soit directement ou indirectement, aux différents rehausseurs de crédit (« monoliners » ou « guarantors ») américains, SCOR n'étant ni agréé ni certifié pour offrir de tels produits et services aux Etats-Unis;
  • SCOR ne détient aucune obligations émises par des rehausseurs de crédit ou autres garants financiers ; De même, SCOR ne détient aucune action des différents « monoliners » et « guarantors » américains ; 
  • sur un portefeuille d'investissement total de 19 milliards d'Euros, SCOR ne détient que 83 millions d’Euros de titres dont la notation est rehaussée par des « monoliners » ou « guarantors » américains, dont la moitié sont des obligations émises par des collectivités locales (« municipal bonds »). Même dans le cas d'un défaut total de la part des différents garants financiers, ces titres devraient conserver, selon SCOR, leur niveau de notation « investment grade » . Dans tous les cas, la prise en compte sur la valeur de marché d’éventuelles baisses de notation de ces titres garantis par les « monoliners » n’aura pas d’effet significatif sur la solidité financière de SCOR ;
  • par ailleurs, SCOR n'a aucune exposition directe au titre des polices de responsabilité civile des mandataires sociaux (« D&O ») souscrites par les institutions financières aux Etats-Unis, y compris donc par les rehausseurs de crédit et les garants financiers.
Cet examen approfondi conduit à la conclusion selon laquelle la crise des « monoliners » américains ne devrait pas avoir d’impact sur la solidité financière de SCOR.

Contact

Marie-Laurence Bouchon

Group Head of Communications

+33 (0)1 58 44 75 43

mbouchon@scor.com

 

Ian Kelly

Head of Investor Relations

+44 203 207 8561

ikelly@scor.com